En quelques décennies, le recours aux tests ADN est devenu très banal. Dès qu’il y a par exemple un doute sur la paternité d’un enfant, un test de paternité peut être commandé en kits et livré par la poste dans l’anonymat. Cependant, beaucoup de gens ne savent pas exactement comment fonctionnent ces types de tests, ni les résultats qui en découlent et leurs conséquences. Pour tout savoir sur le sujet, nous vous invitons à lire ce guide.

Les caractéristiques des tests génétiques

L’histoire familiale a toujours démontré que si une personne de votre arbre généalogique a été atteinte d’une maladie héréditaire, il y a de fortes chances que vous soyez porteur du gène malade. En général, c’est quitte ou double, c’est-à-dire que soit vous ne souffrez pas de la maladie, soit les chances de développer un cancer sont plus élevés que prévues.
Cela dit, il ne s’agit pas toujours d’un cancer du sein ou autre. De même, les maladies ne sont pas forcément héréditaires. Une analyse génétique peut aussi déterminer si vous êtes atteints de la maladie d’Alzheimer, de Parkinson ou d’une anomalie génétique. Les données génétiques renseignent donc un maximum d’informations sur l’état de santé d’une personne.
Il faut toutefois noter que se soumettre aux tests génétiques n’est pas une décision facile. Une longue discussion avec le médecin s’impose car les résultats peuvent changer votre vie pour toujours.

Cas des tests de paternité

Ce sont les types d’analyse ADN les plus couramment demandés. Ils consistent à déterminer s’il existe un lien de parenté entre un père présumé et un enfant. Pour faire un test ADN de paternité, des prélèvements d’échantillon de salive s’imposent. Le frottis buccal qui contient les caractéristiques génétiques des deux individus seront ensuite envoyés dans les laboratoires pour l’expertise ADN.
Il est également possible de faire un test prénatal. Les échantillons d’ADN du fœtus seront extraits du sang de la mère. Les résultats pourront confirmer s’il existe un lien de filiation paternelle ou non. S’ils sont positifs, le père présumé est bien le père biologique de l’enfant. S’ils sont négatifs par contre, il sera libéré de toute responsabilité vis-à-vis de celui-ci. En savoir plus.

Le test ADN pour la recherche de ses origines

Beaucoup de gens orphelins, qui ont vécu loin de leur famille ou qui n’ont tout simplement pas eu la chance de grandir dans une famille normale peuvent tenter de retrouver leurs origines grâce au test ADN. Le procédé reste le même que pour les tests de paternité. En revanche, pour déterminer un lien de filiation biologique, le test peut être réalisé grâce à une sœur, un cousin ou même aux grands-parents.
Auparavant, sachez que le seul moyen de savoir s’il existait un lien de parenté entre deux personnes était la prise de sang, mais grâce à la biomédecine, il est devenu plus simple de retrouver ses origines. La fiabilité fournie par les tests génétiques est largement plus élevée que celle des anciennes méthodes.

Quel test ADN choisir ?

Que vous souhaitiez faire un dépistage génétique, remonter aux origines ou bien déterminer une lignée paternelle, optez pour un test ADN libre accès mais proposé par un laboratoire agréé par le Ministère de la santé. Cela signifie qu’il possède des généticiens qualifiés pour la recherche ADN.
Si vous voulez recourir à des tests pour savoir si vous avez un risque de développer une maladie génétique, préférez n’en parler à votre famille qu’après réception des résultats. Évitez de les inquiéter car il se peut qu’au final, il y ait eu plus de peur que de mal. Bien sûr, les proches peuvent être mis dans la confidence.
Enfin, choisissez toujours un test génétique qui vous apporte le meilleur niveau de fiabilité. Les analyses ADN mitochondrial doivent permettre d’obtenir des résultats à hauteur de 99% et plus, notamment le cas d’un test de paternité.